Alerte sur la situation qui se développe à la frontière haïtiano-dominicaine du Nord-Est

Port-au-Prince, le samedi 14 mai 2005.

Le GARR lance un appel pressant aux autorités haïtiennes pour demander à leurs homologues dominicains de mettre un terme à la chasse et aux rapatriements massifs d'haïtiens que les autorités de la République voisine sont en train d'effectuer à la frontière du Nord-Est, à Ouanaminthe/Dajabon. Il convie également les responsables haïtiens et toute la société à adopter des mesures d'urgence afin de fournir une assistance aux rapatriés.

Selon les informations recueillies par le GARR, pour seulement le vendredi 13 mai 2005, plus de 900 hommes, femmes et enfants, ont été expulsés vers Haïti.  Ce flux ininterrompu s'est poursuivi tout au cours de la journée et de la nuit de ce même vendredi, et continue encore ce samedi 14 mai 2005.  Deux cent cinquante(250) personnes ont dû passer la nuit à la Paroisse de Ouanaminthe, une institution non équipée pour faire face à ces genres de situation. Parmi eux se trouvaient deux femmes enceintes de neuf mois, et au moins douze familles qui ne savent pas où se trouvent actuellement leurs enfants en bas âge.

Selon le père Regino Martinez, directeur du Bureau « Solidaridad Fronteriza » établi à Dajabon, les Haïtiens ont été arrêtés dans la zone de Mao(Nord de la République Dominicaine) et emmenés à la frontière, la plupart les pieds nus, sans avoir eu le temps de ramasser leurs affaires.  Aucune considération n'a été faite pour leur âge, le nombre d'années de résidence qu'ils ont dans le pays ou leur situation de légalité.

Ces actions ont été déclenchées, suite à l'accusation portée contre trois haïtiens dans l'assassinat d'une commerçante à Hatillo Palma (Montecristi), à coup de machettes à l'aube du lundi 9 mai 2005 et de l'agression contre son époux, gravement blessé. Aucune enquête policière n'a encore nommément révélé les coupables.

Une première vague de rapatriement massif de plus de 400 haïtiens vivant non loin des localités avoisinantes de Hatillo Palma avait déjà eu lieu entre le lundi 9 et le mercredi 11 mai 2005.  Pour éviter d'être lynchés, ces haïtiens ont été contraints ou ont dû volontairement prendre le chemin de la frontière.  Aidés de responsables de la mairie de Hatillo Palma, des militaires et des policiers avaient à ce moment embarqué et emmené à la frontière la plupart des ressortissants haïtiens rencontrés dans cette communauté.  Certains d'entre eux y vivaient depuis plus de dix ans ou y travaillaient légalement comme ouvriers agricoles.   Les Haïtiens qui vivaient dans le voisinage de la famille dominicaine agressée ont vu leurs biens extraits de leurs maisons pour y être brûlés.

Certains des expulsés disposaient de documents légaux de résidence ou de leur carte de citoyenneté dominicaine. Les cartes ont été dans plusieurs cas retirés et déchirés. Ceux qui voulaient protester se sont entendus dire qu'ils devraient d'abord se rendre en Haïti et de là prendre contact avec la Junte Electorale (institution responsable des documents d'identité) pour vérifier leur nationalité.  Le Bureau de Solidaridad Fronteriza, une institution du Service Jésuite aux Réfugiés et aux Migrants basés à la frontière,  a pu vérifier sur le site Web de la Junte Electorale où sont affichés les numéros de cartes d'identité des dominicains, les coordonnées d'au moins huit( 8) de ces personnes.

Le GARR souligne à l'attention de l'opinion publique nationale et internationale que ces rapatriements et expulsions constituent des violations graves des droits de la personne. Ils ne respectent ni les conventions internationales en matière de rapatriement, ni l'accord signé entre les gouvernements haïtien et dominicain en décembre 1999 concernant les procédures de rapatriement.


Groupe d'Appui aux Rapatriés & Réfugiés (GARR)
1ere ruelle Rivière # 13 (Lalue)
PO Box 19273, Port au Prince, HAITI
Tel.  (+509) 244-4977, 210-0588, 218-76 09 ou 260-57 10
Cell. 551-1245 Colette LESPINASSE ou Bruno DECEUKELIER (+509) 416-4867 ou
eFax +1801 45 47 110 (USA)
garrlegale@hotmail.com
www.garr-haiti.org

GARR is een partnerorganisatie van Volens | Le GARR est une organisation partenaire de Volens

Deel dit artikel